Multi-tâche, quand tu nous tiens !

Mis à jour : mai 8

Idée reçue : « Je suis plus efficace en multi-tâche. Plus j’ai d’écrans et de fenêtres ouvertes, plus j’avance »


Depuis quelques temps vous ne jurez plus que par le multi-tâche ! C’était déjà votre dada mais là vous battez tous les records. Traiter 10 sujets à la fois c’est le meilleur moyen de devenir le roi / la reine de l’efficacité !


Et pourtant ! Le multi-tâche, nous l’adorons quand il fait avancer les choses… un peu moins quand nous avons l’impression que nos interlocuteurs ont juste survolé notre travail et ont répondu à côté de la plaque à force de traiter 10 sujets à la fois. Un peu moins aussi lorsque vous avez fait une boulette… par manque de concentration.




La question qu’on se pose tous : est-ce que je peux vraiment traiter tous les sujets en multi-tâche ? Et aussi parfois : est-ce que mon boss n’aurait pas eu intérêt à lire mon dossier à tête reposée ? Au moins il aurait répondu à mes questions...


Le multi-tâche, qu’est-ce que ça permet ?

· De répondre en réactivité maximale à l’heure où nos interlocuteurs attendent souvent des réponses instantanées

· D’alléger la charge mentale lorsque nous avons l’impression de boucler de nombreux sujets

· De garder une certaine forme de stimulation, de ne pas se lasser


Le multi-tâche, qu’est-ce que ça empêche ?

· De prioriser

· De se concentrer vraiment sur un sujet : accorder l’attention nécessaire pour faire les bons liens sur un sujet, prêter attention aux détails qui font la différence (…) au risque de faire des erreurs

· D'alourdir encore la charge mentale lorsque nous traitons en permanence plusieurs sujets à la fois


Mais qu’en dit l’expert ?

L’expert nous parle d’abord de concentration.

Même quand le sujet nous intéresse le temps de concentration excède rarement la minute. Et si pendant cette minute nous sommes interrompu(e)s 30 secondes, nous avons toutes les chances de sortir complètement du sujet.

Le chiffre de temps de concentration moyen des français est en baisse. Un millenium n’accorde en moyenne plus que 8 secondes à une information… C’est moins qu’un poisson rouge (!) qui lui peut rester concentré jusqu’à 9 secondes.



L’expert nous dit aussi que l’information qui surgit en rafale sur notre écran crée une stimulation naturelle pour notre cerveau. Mais qu’à la longue, il s’épuise.

Le conseil du sage : Notre cerveau a besoin d’alterner stimulation et repos. Il est utile d’alterner des temps de travail différents : actions rapides, temps de réflexion, temps d’échange, moment de décision…

Les bonnes idées à partager

La technique Pomodoro rencontre du succès car elle permet d’aider à se protéger des interruptions. Elle consiste à mettre une alarme de X minutes.

D’après son inventeur il suffirait d’alterner des périodes de concentration et des périodes de repos qui s’organiseraient comme cela : – Se concentrer pendant 25 minutes (c’est la durée du Pomodoro) – Prendre un repos de 5 minutes


Et vous pouvez aussi repérer les moments et/ou les sujets pendant lesquels le multi-tâche est utile... ou pas.


Et enfin, pourquoi pas réfléchir à plusieurs ? Vos collègues sont confrontés aux mêmes questions, souvent aux mêmes interlocuteurs, alors se créer des moments de discernement collectif, pour comprendre où sont nos points de vigilance ou au contraire nos pertes de temps, ça peut être une bonne idée !


La morale de l’histoire

Notre cerveau est comme une voiture ! On peut pousser le moteur de temps en temps, mais si on veut la garder longtemps en bon état, il faut savoir varier sa conduite et lever le pied.



© 2020 mon-equilibre-digital

  • LinkedIn Social Icône

Image by rawpixel.com